"ET LUI-MÊME SERA SAUVÉ, MAIS COMME S'IL ÉTAIT PASSÉ À TRAVERS UN FEU..." par le Pape Benoît XVI

Extrait de l’encyclique "Spe Salvi" du 30 novembre 2007

"ET LUI-MÊME SERA SAUVÉ, MAIS COMME S'IL ÉTAIT PASSÉ À TRAVERS UN FEU..."
par le Pape Benoît XVI


[...] Je suis convaincu que la question de la justice constitue l'argument essentiel, en tout cas l'argument le plus fort, en faveur de la foi dans la vie éternelle. Le besoin seulement individuel d'une satisfaction qui dans cette vie nous est refusée, de l'immortalité de l'amour que nous attendons, est certainement un motif important pour croire que l'homme est fait pour l'éternité, mais seulement en liaison avec le fait qu'il est impossible que l'injustice de l'histoire soit la parole ultime, la nécessité du retour du Christ et de la vie nouvelle devient totalement convaincante.

44. La protestation contre Dieu au nom de la justice ne sert à rien. Un monde sans Dieu est un monde sans espérance (cf. Ep 2, 12). Seul Dieu peut créer la justice. Et la foi nous donne la certitude qu'Il le fait. L'image du Jugement final est en premier lieu non pas une image terrifiante, mais une image d'espérance ; pour nous peut-être même l'image décisive de l'espérance. Mais n'est-ce pas aussi une image de crainte? Je dirais : c'est une image qui appelle à la responsabilité. Une image, donc, de cette crainte dont saint Hilaire dit que chacune de nos craintes a sa place dans l'amour.

Dieu est justice et crée la justice. C'est cela notre consolation et notre espérance. Mais dans sa justice il y a aussi, en même temps, la grâce. Nous le savons en tournant notre regard vers le Christ crucifié et ressuscité. Justice et grâce doivent être vues toutes les deux dans leur juste relation intérieure. La grâce n'exclut pas la justice. Elle ne change pas le tort en droit. Ce n'est pas une éponge qui efface tout, de sorte que tout ce qui s'est fait sur la terre finisse par avoir toujours la même valeur. Par exemple, dans son roman "Les frères Karamazov", Dostoïevski a protesté avec raison contre une telle typologie du ciel et de la grâce.

À la fin, au banquet éternel, les méchants ne siégeront pas indistinctement à table à côté des victimes, comme si rien ne s'était passé. [...] Dans la parabole du riche bon vivant et du pauvre Lazare (cf. Lc 16, 19-31), Jésus nous a présenté en avertissement l'image d'une telle âme ravagée par l'arrogance et par l'opulence, qui a créé elle-même un fossé infranchissable entre elle et le pauvre ; le fossé de l'enfermement dans les plaisirs matériels ; le fossé de l'oubli de l'autre, de l'incapacité d’aimer, qui se transforme maintenant en une soif ardente et désormais irrémédiable. Nous devons relever ici que Jésus dans cette parabole ne parle pas du destin définitif après le Jugement universel, mais il reprend une conception qui se trouve, entre autres, dans le judaïsme ancien, à savoir la conception d'une condition intermédiaire entre mort et résurrection, un état dans lequel la sentence dernière manque encore.

Ste Catherine de Sienne et le purgatoire, audience générale du Pape Benoît XVI

Audience Générale du Pape Benoît XVI du 11 janvier 2011

Chers frères et sœurs,
née en 1447, Catherine de Gênes fit une expérience de conversion étonnante. Mariée à 16 ans avec un homme qui s’adonnait aux jeux de hasard, et insatisfaite du type de vie mondain qui était le sien, elle éprouvait vide et amertume en son cœur. Se rendant un jour à l’église pour se confesser, elle reçut alors «une blessure au cœur d’un immense amour de Dieu», qui lui montra à la fois ses misères et la bonté de Dieu. Immédiatement, elle décida de fuir le péché et le monde. 
Pendant 25 années, elle vécut, instruite intérieurement par le seul amour du Seigneur et nourrie par la prière constante et la communion quotidienne. Elle se dévoua au service des malades de l’hôpital de Pammatone qu’elle dirigea. Au cours de sa vie toute centrée sur Dieu et sur le prochain, Catherine reçut une connaissance particulière du purgatoire qu’elle décrit comme «un feu non extérieur mais intérieur» sur le chemin de la pleine communion avec Dieu. 

Devant l’amour de Dieu, l’âme fait une expérience de profonde douleur pour les péchés commis, alors qu’elle est liée par les désirs et la peine du péché qui la rendent incapable de jouir de la vision de Dieu. Il s’agit en effet, d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel. Chers amis, les saints, dans leur expérience d’union à Dieu, atteignent un «savoir» si profond des mystères divins, qu’ils sont une aide pour tous et pour les théologiens dans la recherche de l‘intelligence de la foi.

[...] La pensée de Catherine sur le purgatoire, pour laquelle elle est particulièrement connue, est condensée dans les deux dernières parties du livre cité au début : le "Traité sur le purgatoire" et le "Dialogue entre l'âme et le corps".

Il est important de noter que Catherine, dans son expérience mystique, n'a jamais de révélations spécifiques sur le purgatoire ou sur les âmes qui s'y purifient. Toutefois, dans les écrits inspirés par notre sainte, celui-ci est un élément central et la manière de le décrire possède des caractéristiques originales pour son époque.

Le Pape François présente ses 24 vertus lors de ses voeux à la curie romaine

PRÉSENTATION DES VŒUX DE NOËL DE LA CURIE ROMAINE
DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS

Salle Clémentine
Lundi 21 décembre 2015


Chers frères et sœurs,

Je vous demande de m’excuser de ne pas parler debout, mais depuis quelques jours je suis sous l’influence de la grippe et je ne me sens pas très fort. Avec votre permission, je vous parle assis.

Je suis heureux de vous adresser mes vœux les plus cordiaux de saint Noël et d’heureuse nouvelle année, que j’étends à tous les collaborateurs, aux Représentants pontificaux et particulièrement à ceux qui, au cours de l’année passée, ont terminé leur service pour avoir atteint la limite d’âge. Nous nous souvenons aussi des personnes qui ont été rappelées à Dieu. Ma pensée et ma gratitude vont à vous tous et à vos proches.

Dans ma première rencontre avec vous, en 2013, j’ai voulu souligner deux aspects importants et inséparables du travail curial : le professionnalisme et le service, indiquant la figure de saint Joseph comme modèle à imiter. Par contre, l’an passé, pour nous préparer au Sacrement de la Réconciliation, nous avons affronté quelques tentations et “maladies” – le “catalogue des maladies curiales” ; aujourd’hui au contraire je devrais parler des “antibiotiques curiaux” – qui pourraient frapper chaque chrétien, curie, communauté, congrégation, paroisse et mouvement ecclésial. Maladies qui demandent prévention, vigilance, soin et, malheureusement dans certains cas, interventions douloureuses et prolongées.

Dimanche de la Sainte Famille C

La naissance du Christ Jésus et le 25 décembre par un professeur de théologie biblique

Selon Tommaso Federici, professeur émérite de théologie biblique, ce ne fut pas un choix arbitraire afin de supplanter d'anciennes fêtes païennes. Lorsque l'Église célèbre la naissance de Jésus dans la troisième décade de décembre, elle puise à la mémoire ininterrompue des premières communautés chrétiennes en ce qui concerne les faits des évangiles et les lieux dans lesquels ils prirent place. 
Il fait le point sur des indices et des découvertes récentes qui confirment le caractère historique de la date de Noël. Pour complexifier un peu plus la question, n'oublions pas le changement de calendrier. L'antique calendrier justinien (calendrier lunaire) étant inexact, le Pape Grégoire décida un changement de calendrier. Désormais pour "remonter" dans le temps, il nous faut donc aussi tenir compte de ce changement.

Un préambule

En général, on supposait et on admet sans discuter la nouvelle déjà ancienne selon laquelle la célébration de la Nativité du Seigneur, dans la première moitié du IVème siècle, fut introduite par l'Église de Rome pour des raisons idéologiques. En effet elle aurait été placée le 25 décembre pour contrarier une dangereuse fête païenne, le Natale Solis invicti - littéralement la naissance du soleil invaincu (..)
Cette fête avait été fixée au solstice d'hiver (21-22 décembre), lorsque le soleil reprenait son cours triomphal vers son resplendissement toujours plus grand. 
Donc, dans les milieux chrétiens, en remontant de 9 mois, on avait placé au 25 Mars la célébration de l'annonce de l'Ange à Marie, Vierge de Nazareth, et sa Conception Immaculée de son Fils, le Sauveur. En conséquence, six mois avant la naissance du Seigneur on avait placé la mémoire de la naissance de son précurseur, le prophète Jean le baptiste.

Le Sapin et la crèche

Recevant, le 14 décembre (2007) , la délégation du Südtirol italien d'où provient le sapin de Noël dressé cette année place-St.Pierre, le Saint-Père Benoît XVI a prononcé ces paroles: 

"Cet arbre centenaire de la Gadertal (Val Badia)... symbolise la naissance du Christ car ces aiguilles toujours vertes sont comme la vie qui ne meurt pas. Le sapin est aussi un signe de la religiosité populaire de ces vallées" alpines, "qui s'exprime aussi dans ces processions".

L'arbre et la crèche appartiennent à la féerie de Noël qui est le patrimoine spirituel des communautés chrétiennes. Noël offre "un climat de douce religiosité et d'intimité familiale qu'il convient de protéger dans une société où la frénésie de consommation et la recherche des biens matériels semblent prévaloir".

"La Nativité est spécifiquement une fête chrétienne, et ... ses symboles tels la crèche et l'arbre décoré nous ramènent aux grand mystère de l'incarnation et de la naissance du Christ, qu'expose la liturgie de l'Avent et de Noël".

Source: VIS

Crèche de l'église de la Sainte Trinité à Tinténiac







Passage de l'An 2015 à l'An 2016

Pour clôturer l'an 2015 
& débuter l'an de grâce du Seigneur 2016

Jeudi 31 décembre :
Mémoire de Saint Sylvestre, Pape.

  • Messe à l'église de la Chapelle Chaussée à 9 h 00
  • Vêpres à l'église de Tinténiac à 18 h 00
  • Adoration Eucharistique à l'église de Tinténiac à 18 h 30

Vendredi 1er Janvier 2016 : 
Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu

  • Messe à l'église de Tinténiac à 10 h 30

Fêter Noël d'une autre manière, un site à découvrir !

Un site à découvrir : Fête Noël

A Social Network Christmas

Martyrologe

Martyrologe :

Après une suite innombrable de siècles depuis la création du monde, 
quand Dieu au commencement créa le ciel et la terre et forma l’homme à son image ;  
Après des siècles et des siècles, lorsque après le déluge, le Très-Haut mit son arc au milieu des nuages, en signe d’alliance et de paix ; 
Au XXIe siècle depuis le départ d’Abraham, notre père, depuis Ur des Chaldéens ; 
au XIIIe siècle depuis la sortie d’Egypte du peuple d’Israël sous la Conduite de Moïse ; 
environ 1000 ans après l’onction royale de David  dans la 65° semaine d’années prédites par le prophète Daniel ; 
dans la 194° olympiade; l’an 752 depuis la fondation de Rome ; 
l’an 42 de l’empire de César Auguste ; 
tout l’Univers étant en paix, 
Jésus-Christ, Dieu éternel et Fils du Père éternel, 
Voulant sanctifier le monde par son miséricordieux avènement, 
ayant été conçu du Saint-Esprit et neuf mois s’étant écoulés depuis sa conception, 
Naît à Bethléem de Judée, de la Vierge Marie, homme parmi les hommes. 
C’est la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ selon la chair.

En ce 24 décembre 2015 & durant 8 jours (Octave de Noël) :

Fréliche vinorde 

Nedeleg laouen Buon 

Natale  Merry 

Christmas Fröhliche 

Weihnachten  

Feliz Navidad 

Καλά Χριστούγεννα  

Lorem Nativitatis 


Joyeux Noël ! 

Messe de la Nuit de Noël à Notre Dame de Paris

Pour vous donnez le goût d'aller prier auprès des 11 crèches de notre paroisse, voici quelques unes de l'an passé !



Quelques crèches sur notre paroisse de Noël 2014. 

Dans quels clochers étaient-elles ? (la réponse est à la fin de la page : "Plus d'info")



A
 B


 C

 D


 E

 F
 G

 H

 I


 J
Réponse : en cliquant sur "Plus d'info"

Le point de vue de Mgr Aupetit : berger et son troupeau et le Christ Jésus

Le point de vue de Mgr Aupetit : berger et son troupeau et le Christ Jésus

Le point de vue de Mgr Aupetit : La miséricorde de Dieu

Le point de vue de Mgr Aupetit : La miséricorde de Dieu

Nativité du Seigneur : Offices de Noël


NOËL 2015
Nativité du Seigneur


Vivre le sacrement de la réconciliation et recevoir le pardon du Seigneur

- célébration communautaire avec « absolution collective » : mercredi 23 à 20 h 00, église de la Sainte Trinité, Tinténiac

- célébration personnelle (rencontre avec un prêtre) : jeudi 24 de 10 h 00 à 12 h 00, église de la Ste Trinité, Tinténiac.


Solennité de la Nativité du Seigneur Jésus


Jeudi 24 décembre 2015

Veillée et Messe de la Nuit de Noël
19 H 30 : église de la Sainte Trinité à Tinténiac
22 h 30 : église Notre Dame de l’Assomption à Hédé

Vendredi 25 décembre 2015
Messe du Saint Jour de Noël

10 H 30 : église de la Sainte Trinité à Tinténiac

3è dimanche de l'Avent C

Ouverture du Jubilé de la Miséricorde à Notre Dame de Paris

Ouverture de la Porte Sainte par Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, Dol & St Malo

Homélie de Mgr d'Ornellas pour l'Ouverture du Jubilé de la Miséricorde

Le Roi Hérode

Ouverture de la Porte Sainte de la Cathédrale St Jean de Latran par le Pape François

OUVERTURE de la PORTE SAINTE de l’Eglise d’Ille et Vilaine

OUVERTURE de la PORTE SAINTE de l'Eglise d'Ille et Vilaine from Diocèse d'Ille-et-Vilaine on Vimeo.

HOMELIE de Mgr d'Ornellas, lors de la célébration, préalable à l'ouverture de la Porte Sainte, à la cathédrale St Pierre de Rennes

HOMELIE de Mgr d'Ornellas from Diocèse d'Ille-et-Vilaine on Vimeo.

Se préparer à la Nativité du Seigneur avec le Pape émérite Benoît XVI


HOMÉLIE DES VÊPRES DE LA VEILLE DU 1er DIMANCHE DE L’AVENT

1er décembre 2007

1 Thessaloniciens 5, 23-24

… L'homme est l'unique créature libre de dire oui ou non à l'éternité, c'est-à-dire à Dieu. L'être humain peut éteindre en lui-même l'espérance en éliminant Dieu de sa propre vie. Comment cela peut-il se produire ? Comment peut-il arriver que la créature "faite pour Dieu", intérieurement orientée vers Lui, la plus proche de l'Éternel, puisse se priver de cette richesse ? Dieu connaît le cœur de l'homme. Il sait que celui qui le refuse n'a pas connu son véritable visage et c'est pourquoi il ne cesse de frapper à notre porte, comme un humble pèlerin qui cherche à être accueilli. Voilà pourquoi le Seigneur accorde encore du temps à l'humanité : afin que tous puissent arriver à le connaître ! Tel est également le sens d'une nouvelle année liturgique qui commence : c'est un don de Dieu, qui veut à nouveau se révéler dans le mystère du Christ, à travers la Parole et les Sacrements. À travers l'Église il veut parler à l'humanité et sauver les hommes d'aujourd'hui. Et il le fait en allant à leur rencontre, pour "chercher et sauver ce qui était perdu" (Lc 19, 10). Dans cette perspective, la célébration de l'Avent est la réponse de l'Église Épouse à l'initiative toujours nouvelle de Dieu Époux, "qui était et qui vient" (Ap 1, 8). À l'humanité qui n'a plus de temps pour Lui, Dieu offre à nouveau du temps, un nouvel espace pour revenir sur elle-même, pour se remettre en marche, pour retrouver le sens de l'espérance…

Quatre objections, quatre réponses et une conclusion par le Cardinal Robert Sarah

Quatre objections, quatre réponses et une conclusion par le Cardinal Robert Sarah



1. LA DOCTRINE, VOTONS-LA À LA MAJORITÉ
Q. – D’après l'un de mes contradicteurs, l’Église catholique "n’est pas que la hiérarchie des évêques, y compris celui de Rome, mais l’ensemble des baptisés. Pour dire quelle est la 'position de l’Église', il serait légitime de prendre l’avis de cette majorité".

Cardinal Robert Sarah : La première phrase est exacte. En revanche, la pensée des fidèles ne représente la "position de l’Église" que si elle-même est d’accord avec le corps des évêques.

Concile Vatican II, Constitution dogmatique "Dei Verbum", n° 10 : "La charge d’interpréter de façon authentique la parole de Dieu, écrite ou transmise, a été confiée au seul magistère vivant de l’Église, dont l’autorité s’exerce au nom de Jésus-Christ".

En outre, il ne s’agit pas de majorité, mais d’unanimité. Concile Vatican II, Constitution dogmatique "Lumen gentium", n° 12 :

Jésus

St Basile de Césarée

Basile de Césarée. Moine avant d'être évêque, il est l'auteur d'une règle monastique qui influença celle de Saint Benoît. Lui aussi en combat contre l'Arianisme, c'est aussi le docteur du Saint-Esprit. Pour mieux le découvrir deux patrologues : Arnaud Perrot et, comme pendant tout l'Avent, Guillaume Bady.






La Vierge Marie

St Athanase d'Alexandrie

 Athanase d'Alexandrie, né vers 300 et mort en 373, le champion de la lutte contre l'hérésie d'Arius. 
Et comme accompagnants dans sa découverte, deux invités : Annick Martin, historienne spécialiste d'Athanase et, pendant tout l'Avent Guillaume Bady, patrologue, c'est à dire spécialiste de ces Pères Grecs de l'Eglise.







Saint Nicolas, archevêque de Myre

Saint Nicolas, archevêque de Myre en Lycie, thaumaturge (vers 345) ; sainte Gertrude, veuve, abbesse de Hamay (près de Douai) (649) ; saint Nicolas Caramos, néo-martyr grec à Smyrne (1657).

SAINT NICOLAS, ARCHEVÊQUE DE MYRE EN LYCIE


Saint Nicolas, archevêque de Myre en Lycie, thaumaturge (vers 345)
Émule des apôtres et fervent imitateur de notre Seigneur Jésus-Christ, colonne vivante de l’Église par son zèle à défendre la foi et modèle des saints hiérarques par son soin pastoral, notre saint Père Nicolas s’est montré généreux intendant de la grâce de Dieu par ses innombrables miracles en faveur des pauvres, des délaissés, de ceux qui souffrent l’injustice et de tous ceux qui, jusqu’à aujourd’hui, réclament sa paternelle protection. Il vit le jour dans la ville de Patare, en Lycie, vers la fin du iiie siècle, dans une famille chrétienne longtemps privée de progéniture. Dès sa plus tendre enfance, il montra son amour pour la vertu et son zèle dans l’observance des institutions de l’Église, en s’abstenant de prendre le sein de sa nourrice jusqu’au soir, chaque mercredi et vendredi. Pieux et réservé, il fut éduqué dans les lettres sacrées et, tout jeune encore, fut ordonné prêtre par son oncle, l’archevêque Nicolas. Veilles, jeûnes, prières étaient des vertus dans lesquelles le jeune clerc excellait depuis longtemps ; mais, lorsque, à la mort de ses parents, il distribua généreusement ses biens aux nécessiteux, l’aumône devint pour lui son plus grand titre de gloire devant Dieu.

2è Dimanche de l'Avent C

Elisabeth et Zacharie

Advent in 2 Minutes