La Foi prise au Mot

La Foi prise au Mot

Le silence de Dieu face aux souffrances et au mal
Jésus
Le Jésus historique
Fils de Dieu
"Tout est accompli" (St Jean 19, 30)
La Sainte Trinité
L'histoire d'Israël
1000 ans de cathédrales


La liturgie                                  L'esprit de la liturgie 
L'espace liturgique                    Les gestes de la liturgie 
L’Évangile selon St Luc            L’Évangile selon St Marc   

Les 7 Sacrements
Le baptême                               La confirmation                 L'Eucharistie  
La Réconciliation                     Le Mariage                         L'ordre  
L'onction des malades

Les 7 péchés capitaux 
La Gourmandise    L'Avarice    L'Envie     La Colère    La Luxure   La Paresse   L'Orgueil   
                                              

Le Pape s'exprime dans "La Civiltà Cattolica" sur les enjeux de son voyage en Suède

Le Pape s'exprime dans "La Civiltà Cattolica" sur les enjeux de son voyage en Suède

Suède

Suède

Arrivée du Pape François en Suède

Le pape en Suède pour commémorer la Réforme

Intention de prière : pour les victimes des séismes en Italie

En août 2016, un important séisme a provoqué 292 morts et 38 8 blessés.
L'Italie a subi encore un nouveau séisme ce 30 octobre.
Des milliers de personnes sans abri et en difficultés suite à l'effondrement des habitations et bâtiments.
En autre, la Basilique St Benoît de Norcia est  totalement détruite.
Pour en savoir plus, cliquez sur le lien : ICI et ICI

Très fort séisme en Italie, François proche des victimes

Très fort séisme en Italie, François proche des victimes

Angélus du 30 octobre 2016

31e dimanche ordinaire C - Intégrale

Surnaturel : que croire ?

Annonces de la Semaine

Annonces de la Semaine
  • Chapelet pour les défunts et les malades : jeudi 3/11 à 18 h à l’église de Bazouges sous Hédé 
  • Découverte de la « Lectio Divina » et de l’oraison : jeudi 3.XI à la Bergerie à 20 h 30 
  • Pastorale Jeunes : « Goûter du Vendredi » pour les collégiens & lycéens  le 4/11 de 17 h 00 à 18 h 00, à la bergerie.
  • Messe suivie de l’Adoration Eucharistique (jusqu’à 20 h 00) : vendredi 4, église de Québriac
  • « Dimanche autrement » le dimanche 6 novembre : de 10 h 00 à 10 h 20, « caté pour tous » suivie de la messe dominicale, église de la Sainte Trinité à Tinténiac.  
  • Temps Fraternel après la messe à la Bergerie
  • Concert des organistes : dimanche 13 novembre, église de Tinténiac, à 16 h 00
  • Recherche couturières pour confectionner des ornements pour la messe (chasuble, étoles…). Renseignement : accueil du presbytère 

Offices de la Semaine
Mercredi 2 Commémoration des fidèles défunts

09 h 00 Tinténiac 
19 h 30 Tinténiac

Jeudi 3 St Martin de Porrès
09 h 00 Chapelle Chaussée

Vendredi 4 St Charles Borromée
14 h 45 Maison Sainte Anne
18 h 30 Québriac : Messe et adoration Eucharistique

Samedi 5 novembre à 18 h à St Gondran
Dimanche 6 novembre 32ème dimanche ordinaireà 10 h 30 à Tinténiac  et à 19 h 00 à Hédé                                                       



Solennité de la Toussaint

Solennité de la Toussaint

Pour les enfants & les jeunes : 

le rendez-vous « Holy Wins » (‘la Sainteté gagne’) :
lundi 31 octobre, à 10 h 30 en l’église de la Chapelle Chaussée.

Messe anticipée, lundi 31 octobre : 

  • 18 h 00, église de Hédé

Messe de la Toussaint,  mardi 1er novembre : 

  • 9 h 00, église de la Chapelle Chaussée 
  • 10 h 30, église de Tinténiac  
  • 15 h 00, Office de la Toussaint dans toutes les églises de la Paroisse


"N’ayez pas peur d’aller à contre-courant, quand on veut nous voler l’espérance" Pape François

Pape François lors de l'Angelus
Dans l’Évangile de ce dimanche résonne l’une des paroles les plus incisives de Jésus : « Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera » (Lc 9, 24). Il y a là une synthèse du message du Christ et elle est exprimée par un paradoxe très efficace qui nous fait connaître sa façon de parler, qui nous fait presque entendre sa voix… Mais que signifie « perdre la vie à cause de Jésus » ? 
Cela peut arriver de deux façons : explicitement en confessant sa foi, ou implicitement en défendant la vérité. Les martyrs sont l’exemple par excellence de perdre la vie pour le Christ. En deux mille ans, une foule immense d’hommes et de femmes ont sacrifié leur vie pour rester fidèles à Jésus Christ et à son Évangile. 
Et aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, il y a de nombreux, nombreux, — davantage que pendant les premiers siècles — nombreux martyrs, qui sont conduits à la mort parce qu’ils n’ont pas renié Jésus Christ. Telle est notre Église. 
Aujourd’hui nous avons plus de martyrs que pendant les premiers siècles ! Mais il y a aussi le martyre quotidien, qui ne comporte pas la mort mais qui est lui aussi une façon de « perdre sa vie » pour le Christ, en accomplissant son devoir avec amour, selon la logique de Jésus, la logique du don, du sacrifice. 
Le Pape François célèbre la messe à la chapelle Sixtine
Pensons-y : combien de pères et de mères mettent chaque jour leur foi en pratique en offrant concrètement leur vie pour le bien de la famille ! Pensons à eux ! Combien de prêtres, de frères, de sœurs, accomplissent avec générosité leur service pour le Royaume de Dieu ! Combien de jeunes renoncent à leur propres intérêts pour se consacrer aux enfants, aux personnes handicapées, aux personnes âgées… Ils sont eux aussi des martyrs ! 
Des martyrs quotidiens, des martyrs du quotidien ! Et puis il y a tant de personnes, chrétiens et non-chrétiens, qui « perdent leur vie » pour la vérité. Et le Christ a dit « je suis la vérité », qui sert la vérité sert donc le Christ. 
Une de ces personnes, qui a donné sa vie pour la vérité, est Jean-Baptiste : demain, 24 juin, c’est précisément sa grande fête, la solennité de sa naissance. Jean a été choisi par Dieu pour préparer la voie devant Jésus, et il l’a désigné au Peuple d’Israël comme le Messie, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (cf. Jn 1, 29). Jean s’est consacré tout entier à Dieu et à son envoyé, Jésus. Mais à la fin, que s’est-il passé ? Il est mort pour la cause de la vérité, lorsqu’il a dénoncé l’adultère du roi Hérode et d’Hérodiade. 
Combien de personnes payent cher leur engagement pour la vérité ! Combien d’hommes droits préfèrent aller à contre-courant plutôt que de renier la voix de leur conscience, la voix de la vérité ! Des personnes droites, qui n’ont pas peur d’aller à contre-courant ! Et nous, nous ne devons pas avoir peur ! 
Parmi vous il y a tant de jeunes. À vous les jeunes, je dis : N’ayez pas peur d’aller à contre-courant, quand on veut nous voler l’espérance, quand on nous propose ces valeurs qui sont avariées, des valeurs comme un plat qui n’est plus bon, et quand un plat n’est plus bon, il nous fait mal ; ces valeurs nous font mal. 
Nous devons aller à contre-courant ! Et vous les jeunes, vous êtes les premiers : allez à contre-courant et ayez cette fierté d’aller précisément à contre-courant. En avant, soyez courageux et allez à contre-courant ! Et soyez fiers de le faire !

Le Pape François ouvre la Porte du Jubilé de la Miséricorde
Chers amis, accueillons avec joie cette parole de Jésus. C’est une règle de vie proposée à tous. Et que saint Jean-Baptiste nous aide à la mettre en pratique
Notre mère, la Très Sainte Vierge Marie, nous précède sur ce chemin, comme toujours : elle a perdu sa vie pour Jésus, jusqu’à la Croix, et elle l’a reçue en plénitude, avec toute la lumière et la beauté de la Résurrection. Que Marie nous aide à faire toujours plus nôtre la logique de l’Évangile.

Angélus du Pape François du 23 juin 2013 

L'Église, notre mère ! par le Cardinal Henri de Lubac

L'Église, notre mère !
Cardinal Henri de Lubac

« Qu’elle soit louée, cette grande Mère, aux genoux de qui nous avons en effet tout appris, et nous continuons chaque jour à tout apprendre ! 
Mère chaste, elle nous infuse et nous conserve une foi toujours intègre, qu’aucune décadence humaine, aucun affaissement spirituel, si profond qu’il soit, jamais n’atteint. 
Mère féconde, elle ne cesse de nous donner de nouveaux frères. 
Mère universelle, elle a soin également de tous, des petits comme des grands, des ignorants et des savants, de l’humble peuple des paroisses comme du troupeau choisi des âmes consacrées. 
Mère vénérable, elle nous assure l’héritage des siècles et tire pour nous de son trésor les choses anciennes et les nouvelles. 
Mère patiente, elle recommence toujours, sans se lasser, son œuvre de lente éducation et reprend, un à un, les fils de l’unité que ses enfants déchirent toujours. 
Mère attentive, elle nous protège contre l’Ennemi, qui rôde autour de nous cherchant sa proie. 
Mère aimante, elle ne nous replie pas sur elle mais nous lance à la rencontre du Dieu qui est tout Amour. 
Mère ardente, elle met au cœur de ses meilleurs enfants un zèle toujours attentif et les envoie partout en messagers de Jésus-Christ. 
Mère sage, elle nous évite les excès sectaires, les enthousiasmes trompeurs suivis de revirements ; elle nous apprend à aimer tout ce qui est bon, tout ce qui est vrai, tout ce qui est juste, à ne rien rejeter qui n’ait été éprouvé. 
Mère douloureuse, au cœur percé du glaive, elle revit d’âge en âge la Passion de Son Epoux. 
Mère forte, elle nous exhorte à combattre et à témoigner pour le Christ…

…Mère sainte, mère unique, mère immaculée ! O grande mère ! Sainte Église, Eve véritable, seule vraie Mère des Vivants ! ».
Méditation sur l'Église du Cardinal Henri de Lubac S.J, théologien français

L’Eucharistie est essentiellement la réitération du sacrifice rédempteur du Christ. Bienheureux Paul VI

(...) Un autre point important: Nous tenons expressément à encourager vos efforts et ceux de vos prêtres pour susciter une participation éclairée et vivante du peuple chrétien à la sainte Liturgie, dans l’esprit de votre récente Assemblée de Lourdes. 
Nous connaissons et admirons les célébrations qui témoignent, dans vos églises de villes et de campagnes, d’un véritable esprit liturgique et d’une fidélité exemplaire aux normes de Vatican II. C’est votre joie et la nôtre! Nous devons également encourager votre vigilance et votre fermeté. La liturgie catholique doit demeurer théocentrique. C’est sa nature même. C’est l’esprit de la rénovation accomplie par le Concile. 
Permettez-nous de nous arrêter un instant à la célébration de l’Eucharistie. Elle se situe bien au-delà d’une rencontre fraternelle et d’un partage de vie. Saint Paul ne craignait pas de la rappeler aux chrétiens de Corinthe (1 Cor. 11, 22). 
L’Eucharistie est essentiellement la réitération du sacrifice rédempteur du Christ. C’est une réalité dont aucun ministre, aucun laïc n’est propriétaire. C’est un mystère sacré qui requiert une atmosphère de gravité et de dignité, et ne supporte pas la médiocrité ou le laisser-aller du lieu, de la tenue vestimentaire, des objets du culte. Simplicité, oui! Désinvolture, jamais! 
Nous félicitons et stimulons les diocèses qui, de diverses manières, proposent aux fidèles une formation liturgique digne de ce nom. Un tel travail, loin des inventions faciles, permettra au culte catholique de conserver son identité d’exprimer et de nourrir la foi du Peuple des baptisés. (...)
Bx Paul VI, avril 1977

Evangélisation des cultures ("Evangelii nuntiandi", bienheureux Paul VI)


(...) Évangélisation des cultures

20. Nous pourrions exprimer tout cela en disant : il importe d’évangéliser — non pas de façon décorative, comme par un vernis superficiel, mais de façon vitale, en profondeur et jusque dans leurs racines — la culture et les cultures de l’homme, dans le sens riche et large que ces termes ont dans Gaudium et spes [50], partant toujours de la personne et revenant toujours aux rapports des personnes entre elles et avec Dieu.

L’Evangile, et donc l’évangélisation, ne s’identifient certes pas avec la culture, et sont indépendants à l’égard de toutes les cultures. Et pourtant le Règne que l’Evangile annonce est vécu par des hommes profondément liés à une culture, et la construction du Royaume ne peut pas ne pas emprunter des éléments de la culture et des cultures humaines. Indépendants à l’égard des cultures, Évangile et évangélisation ne sont pas nécessairement incompatibles avec elles, mais capables de les imprégner toutes sans s’asservir à aucune.

La rupture entre Évangile et culture est sans doute le drame de notre époque, comme ce fut aussi celui d’autres époques. Aussi faut-il faire tous les efforts en vue d’une généreuse évangélisation de la culture, plus exactement des cultures. Elles doivent être régénérées par l’impact de la Bonne Nouvelle. Mais cet impact ne se produira pas si la Bonne Nouvelle n’est pas proclamée. (...)

« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints » (Georges Bernanos, "Frère Martin")

St François d'Assise
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints » 
(Georges Bernanos, "Frère Martin")

Je ne suis pas théologien, c'est pourquoi je me garderai comme de la peste de généralisations littéraires sur l'Église visible et l'Église invisible. Je crains que ces distinctions ne soient dangereuses pour tout autre qu'un spécialiste et, d'ailleurs il ne saurait évidemment s'agir, dans mon propos, que de l'Église visible, puisque je prétends bien ne parler que de ce que je vois. 
On ne saurait nier, dans l'Église, l'existence d'une certaine espèce de médiocrité à laquelle je puis me dispenser de chercher un nom, car elle en a un qui depuis deux mille ans appartient au vocabulaire universel. 
Il y a des pharisiens dans l'Église, le pharisaïsme continue à circuler dans les veines de ce grand corps et chaque fois que la charité s'y affaiblit, l'affection chronique aboutit à une crise aiguë. 
Hélas! on voudrait que ma comparaison fût plus exacte encore, car dans le langage médical vulgaire, les mots de crise aiguë en évoquent aussitôt un autre, celui de fièvre. Mais le pharisaïsme est une suppuration sans fièvre, un abcès froid, indolore. 
Oh! sans doute l'Église est ensemble humaine et divine, elle n'est donc tout à fait étrangère à aucun des vices de l'homme, mais il y a certainement dans le pharisaïsme une malfaisance particulière qui exerce très cruellement la patience des saints, alors qu'elle ne fait le plus souvent qu'aigrir ou révolter de pauvres chrétiens dans mon genre. Je me méfie de mon indignation, de ma révolte, l'indignation n'a jamais racheté personne, mais elle a probablement perdu beaucoup d'âmes, et toutes les bacchanales simoniaques de la Rome du XVI° siècle n'auraient pas été de grand profit pour le diable si elles n'avaient réussi ce coup unique de jeter 
Luther dans le désespoir, et avec ce moine indomptable, les deux tiers de la douloureuse chrétienté. Luther et les siens ont désespéré de l'Église, et qui désespère de l'Église, c'est curieux, risque tôt ou tard de désespérer de l'homme. A ce point de vue, le protestantisme m'apparaît comme un compromis avec le désespoir.

« L'Eglise n'a pas besoin de critiques mais d'artistes », Bernanos

Nouvelles Pubs angéliques

Les Cathares

La catéchèse de Mgr d’Ornellas :« Être miséricordieux envers la famille en deuil et la personne malade ».

Un prêtre et un soda

Charles de Foucauld

Sainte obéissance

Que sont les miracles ?

Est-ce qu'on peut prouver l'existence de Dieu ?

Qu'est-ce que cela veut dire : croire en Dieu ?

Replay Paray Enseignement de Monseigneur D'ORNELLAS du 18 août 2016

Audience générale du 6 novembre 2013 La communion des Saints (2)

Audience générale du 30 octobre 2013 La communion des Saints

Communion des Saints

La communion des saints et la prière pour les défunts

Audience générale du 26 octobre 2016

Le Pape François aux évêques polonais invite à la Nouvelle Evangélisation

VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS EN POLOGNE 
À L'OCCASION DE LA XXXIe JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE 
(27-31 JUILLET 2016)

RENCONTRE AVEC LES ÉVÊQUES POLONAIS

DISCOURS DU SAINT-PÈRE

Cathédrale de Cracovie
Mercredi 27 juillet 2016


Pape François :
Avant de commencer le dialogue, avec les questions que vous avez préparées, je voudrais accomplir une œuvre de miséricorde envers vous tous et en suggérer une autre. Je sais qu’en ces jours, avec les Journées de la Jeunesse, beaucoup d’entre vous ont été très pris et qu’ils n’ont pas pu aller aux obsèques du bien-aimé Mgr Zimowski. Enterrer les morts est une œuvre de charité, et je voudrais que tous ensemble, maintenant, nous fassions une prière pour Mgr Zygmund Zimowski et que cette prière soit une vraie manifestation de charité fraternelle, enterrer un frère qui est mort.

Pater noster… Ave Maria… Gloria Patri… Requiem aeternam…

Et puis, l’autre œuvre de miséricorde que je voudrais suggérer. Je sais que vous en êtes préoccupés : notre cher cardinal Macharski qui est très malade… Au moins s’approcher, parce que je crois qu’on ne pourra pas entrer là où il se trouve, dans le coma, mais au moins s’approcher de la clinique, de l’hôpital, et toucher le mur comme pour dire : ‘‘Frère, je te suis proche’’. Visiter les malades est une autre œuvre de miséricorde. Moi aussi, j’irai. Merci !
À présent, l’un d’entre vous a préparé les questions, au moins il les fait parvenir. Je suis à [votre] disposition.

S.E. Mgr. Marek Jędraszewski :
Saint-Père, il semble que les fidèles de l’Église catholique, et en général tous les chrétiens en Europe occidentale, en viennent à se trouver toujours davantage en minorité dans le domaine d’une culture contemporaine athée-libérale. En Pologne, nous assistons à une confrontation profonde, à une lutte impressionnante entre la foi en Dieu d’une part, et d’autre part une pensée et des styles de vie tendant à faire croire que Dieu n’existait pas. A votre avis, Saint-Père, quel genre d’actions pastorales l’Église catholique devrait entreprendre dans notre pays, afin que le peuple polonais demeure fidèle à sa tradition chrétienne désormais plus que millénaire ?  Merci !

Pape François :
Excellence, vous êtes l’Évêque de… ?  

S.E. Mons. Marek Jędraszewski :
De Łodź, où le cheminement de sainte Faustine a commencé ; parce qu’elle entendu, là-même, l’appel du Christ à aller à Varsovie et à devenir moniale, à Łodź même. L’histoire de sa vie a commencé dans ma ville.

Pape François :
Vous êtes un privilégié !
C’est vrai, la déchristianisation, la sécularisation du monde moderne est forte. Elle est très forte. Mais certains disent : Oui, elle est forte, néanmoins on voit des phénomènes de religiosité, comme si le sens religieux se réveillait. Et cela peut être aussi un danger. Je crois que, dans ce monde si sécularisé, il y a aussi l’autre danger, [celui] de la spiritualisation gnostique : cette sécularisation nous donne la possibilité de faire croître une vie spirituelle un peu gnostique. Souvenons-nous que ce fut la première hérésie de l’Église : l’apôtre Jean fustige les gnostiques – et avec quelle force ! -, qui ont une spiritualité subjective, sans le Christ. Le plus grave problème, selon moi, de cette sécularisation est la déchristianisation : enlever le Christ, enlever le Fils. Je prie, je sens… et rien de plus. C’est le gnosticisme. Il y a une autre hérésie également à la mode, en ce moment, mais je la laisse de côté parce que votre question, Excellence, va dans cette direction. Il y a aussi un pélagianisme, mais laissons cela de côté, pour en parler à un autre moment. Trouver Dieu sans le Christ : un Dieu sans le Christ, un peuple sans Église. Pourquoi ? Parce que l’Église est la Mère, celle qui te donne la vie, et le Christ est le Frère aîné, le Fils du Père, qui renvoie au Père, qui est celui qui te révèle le nom du Père. Une Église orpheline : le gnosticisme d’aujourd’hui, puisqu’il est précisément une déchristianisation, sans le Christ, nous porte à une Église, mieux, disons, à des chrétiens, à un peuple orphelin. Et nous avons besoin de faire sentir cela à notre peuple.

Messe en suffrage du Père Jacques Hamel

Les Enjeux du Droit canonique

Orgues spirituelles

Rencontre avec Mgr André Vingt-Trois

25e dimanche ordinaire C - Intégrale

HORAIRES des MESSES


Horaires  et lieux  des  messes 
sur la Paroisse Notre Dame des Tertres                                                                                        Paroisse Notre Dame des Tertres


Offices Liturgiques 
du 06 avril au 30 juin 2019

Lundi : 18 h 30, Messe en l’église de la Sainte Trinité (Tinténiac)
Mardi : 18 H 30, Messe en l’église de Notre Dame de l’Assomption, Hédé
Mercredi : 09 h 00, Messe, en l’église de la Sainte Trinité (Tinténiac)                          
16 H 30, chapelet pour les familles, les défunts et les malades, église de St Brieuc des Iffs
Jeudi : 09 h 00, Messe en l’église St Pierre, La Chapelle Chaussée
18 H 00, Vêpres, église Notre Dame de l’Assomption, Hédé


Vendredi :  
14 h 45, Messe à la Maison Ste Anne (Tinténiac)  
ou 16 h 45 à la M.A.P.A (Hédé) 
18 h 30, Messe à l’église de St Pierre St Paul (Québriac)


Samedi
06 Avril
5ème Dimanche de Carême
18 H 00
St Brieuc des Iffs
Dimanche
07 Avril
10 H 30
Tinténiac
18 H 30
Hédé
Samedi
13 Avril
Dimanche des Rameaux
18 H 00
Bazouges sous Hédé
Dimanche
14 Avril
10 H 30
Tinténiac
Samedi
20 Avril
Veillée Pascale
20 h 30
Tinténiac
Dimanche
21 Avril
Saint Jour de Pâques
10 H 30
Tinténiac
Samedi
27 Avril
2ème Dimanche de Pâques
18 H 00
St Gondran
Dimanche
28 Avril
10 H 30
Tinténiac
Samedi
4 Mai
3ème Dimanche de Pâques

18 H 00
Les Iffs
Dimanche
5 Mai
10 H 30
Tinténiac
18 H 30
Hédé
Samedi
11 Mai
4ème Dimanche de Pâques
18 H 00
St Symphorien
Dimanche
12 Mai
10 H 30
Tinténiac
Samedi
18 Mai
5ème Dimanche de Pâques
18 H 00
Québriac
Dimanche
19 Mai
10 H 30
Tinténiac
Samedi
25 Mai
6ème Dimanche de Pâques
18 H 00
La Chapelle Chaussée
Dimanche
26 Mai
10 H 30
Tinténiac
Mercredi
29 Mai
Ascension
18 H 00
Cardroc
Jeudi
30 Mai
10 H 30
Tinténiac
Samedi
1er Juin
7ème Dimanche de Pâques
18 H 00
Bazouges
Dimanche
2 Juin
10 H 30
Tinténiac
18 H 30
Hédé
Samedi
8 Juin
Solennité de la Pentecôte
18 H 00
St Brieuc des Iffs
Dimanche
9 Juin
10 H 30
Tinténiac
Samedi
15 Juin
Sainte Trinité
Profession de Foi
18 H 00
Hédé
Dimanche
16 Juin
10 H 30
Tinténiac
Samedi
22 Juin
Fête du Corps et du Sang du Christ
18 H 00
St Gondran
Dimanche
23 Juin
10 H 30
Tinténiac
Samedi
29 Juin
Sts Pierre et Paul
18 H 00
Les Iffs
Dimanche
30 Juin
13ème Dimanche Ordinaire
10 H 30
Tinténiac




























·  La « Fête Patronale » : chaque église est dédiée à un saint ou un mystère du Christ. 
La Fête patronale est la fête du vocable de l’église.
·  Les baptêmes sont célébrés soit le samedi à 16 h 30 (là où la messe du samedi soir est célébrée) soit le dimanche matin après la messe de 10 h 30 à Tinténiac. 
Pour les demandes, s’adresser au service d’accueil : le mercredi matin au presbytère de 10 h 00 à 12 h 00 ou sur Rendez-vous (prévoir 3 ou 4 mois avant la date)
·  Pour le sacrement de mariage : la demande se fait un an en avance. Ne pas tarder à prendre contact avec M. le curé.

Adresse mail de la paroisse nddestertres@wanadoo.fr
Blog de la paroisse : http://paroissenotredamedestertres.blogspot.fr

' Téléphoner aux heures de permanence : 02.99.68.03.77 (sauf les jours fériés)
                       mise à jour Avril 2019